L’homme des portes

Il est celui qui n’a bien souvent pas de nom et un visage que l’on n’ose regarder. Il gène et il fait peur avec ses canettes, ses dents ébréchées et quelquefois ses chiens. Il est là quand tout le monde sort de l’église le coeur en paix et la joie sur les visages, quand on reconnaît ça et là des visages connus, voire pratiquement tous. Il est celui qu’on salue timidement du bout des lèvres pour faire sa bonne action ou dont on évite le regard et la parole en accélérant le pas pour sortir retrouver des personnes plus «aimables». Parfois, on s’aventure à lui donner quelques piécettes, comme pour se libérer d’un poids, acheter le "merci" d’une personne dont les demandes incessantes nous troublent et nous déchirent bien souvent le coeur.

Ne croyez pas que j’accuse, bien au contraire j’encourage; et en premier lieu ma propre personne. Parce qu’en ces temps glacés où l’on peste sur les embouteillages avant d’admirer la ville couverte d’un vaste manteau immaculé, d’autres meurent sous les ponts ou dans des squats ouverts à tous vents. Quand la température nous fait claquer des dents lors les courts moments que nous passons à l’extérieur, pensons à ceux qui y vivent continuellement ou presque. N’oublions pas non plus que le premier chauffage à donner, gratuit, simple et durable c’est le celui du coeur : notre sourire. Ce qui tue bien plus que le froid ou l’alcoolisme c’est l’indifférence et le rejet. Comment vivre quand on n’existe plus, comment exister quand plus personne ne nous regarde comme une personne à part entière ?

Alors bien sûr, il y a celui qui est sympa, celui qui sourit, qui cause facilement et qui vous fait rire plus qu’il ne vous fait fuir. Mais, il y a aussi celui qui n’est pas comme ça… Derrière toute violence, il y a d’abord une révolte et donc une souffrance. Et celle-ci peut être immense, complètement démesurée à côté des maigres comportements violents ou des paroles insultantes. Soyons patients et surtout extrêmement bienveillants, le trésor de chaque homme est souvent caché et bien enfoui. Il ne suffira pas d’un jour pour tisser un lien qui deviendra peut-être bien plus solide que nous ne l’aurions imaginé au début, quand nos mots un peu patauds fruits d’un effort considérable ont été salué au mieux par un «mmm» poli, au pire par une bordée d’insultes… Comme dans toute relation humaine, il y a les premiers échanges de salutations, la première poignée de main, la boutade qui surgit de nulle part. Tous ces moments qui ne semblent rien mais qui représentent tant. Un jour, on se surprend à se réjouir de sa présence en entrant dans l’église et à trainer à la sortie pour attendre qu’il ait fini son «travail» et pouvoir causer. On commence à découvrir une personne avec son passé, ses rêves, ses passions, quelqu’un qui rit ou qui gueule suivant les jours : un être humain en somme. Et c’est celui qui a la plus mauvaise situation qui commence à se soucier de vous, à vous demander comment ça va, à vous prêter son CD préféré ou vous donner indifféremment le camembert ou les baskets qu’on lui a donné, comme ça, simplement, sans questions ni calculs mais avec un coeur grand comme le monde. Et on se rend compte alors que le pauvre c’est nous, qu’il y a tellement de choses qui ne s’achèterons jamais et qui valent tant. On a tellement à apprendre en simplicité, en espérance et en humanité auprès de ceux qu’on ne considèrent plus.

Finalement, celui qui gène nos rencontres dominicales, qui trouble les seuils de nos églises, est sans doute aussi celui qui les habite.

«Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait» Mt 25, 40

 

About these ads

À propos de legambrinus

Buveur de bière extrémiste, Optimiste intégriste, Terroriste Papiste... et plus si affinité
Cette entrée, publiée dans Réflexion, est taguée , , , . Bookmarquez ce permalien.

2 réponses à L’homme des portes

  1. fandenimier dit :

    Merci pour ce billet ! :-)

  2. Le Cathoblépas dit :

    Merci pour ce billet !

    Comme disait Mère Teresa : «Nous ne saurons jamais tout le bien qu’un simple sourire peut être capable de faire.»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s